RED MOURNING

RED MOURNING

RED MOURNING

Red Mourning naît à Paris, fin 2003, de la rencontre totalement fortuite de quatre amateurs de métal pas tout à fait comme les autres :
- Hoog "JC" Doorn, bluesman straight-edge ;
- Romaric Méoule, ancien DJ ;
- Sébastien Meyzie, défenseur des droits des animaux ;
- et Aurélien Renoncourt, percussionniste d'orchestre et mineur à l'époque des faits.

Ils vont vite se rendre compte que leur vision de la musique est la même : sincérité, volonté d’innover, et ce besoin viscéral de laisser exploser sur scène les douleurs et les frustrations accumulées.

Ils écument alors ensemble les squats et les cités de l’underground parisien, avec son lot de concerts conclus en baston, voire en coups de feu. Le quatuor d’autodidactes fréquente également assidûment les écoles d’ingé-son de la région, enregistrant maquette sur maquette. Ces expérimentations produisent bientôt une démo 3-titres (2004), puis un maxi 6-titres (2006), aujourd’hui tous deux épuisés.

Peu à peu, la personnalité du groupe s’affirme, et ce qui n’était au départ que quatre fortes individualités se mue en machine de guerre bien huilée. Chacun y apporte son lot d’influences personnelles : punk-hardcore, Chicago-blues, grunge, death-métal old- et new-school… Le résultat est un mélange unique en son genre dans la scène métal d’aujourd’hui : combien d’autres groupes combinent blast-beats, harmonica Blues, sludge et harmonies vocales (pour ne citer que les éléments les plus évidents) ?

C’est en refusant la satisfaction et se dévouant corps et âme à sa musique que Red Mourning repousse toujours plus loin ses limites. Le premier album du groupe, intitulé « Time To Go », n’est que la suite logique de cette démarche. Introspectif et noir, il aborde des thèmes tels que l’impossibilité d’échapper au passé, à la mort, et à la futilité de l’existence.

C’est à Francis Caste, le N°1 du métal français (Zuul FX, The Arrs…), que Red Mourning choisit de confier la production. Le groupe s’enferme pendant six longues semaines dans son studio parisien. Il en ressort avec un son chaud, presque moite, qui donne aux compositions une ambiance à la fois oppressante et organique. Un son que n’auraient pas reniés les bluesmen du Delta… Après tout Red Mourning tire son nom de leur couleur de deuil, du temps de l’esclavage.

Les morceaux eux-mêmes combinent violence et groove, les quelques passages atmosphériques ne servant qu’à rendre plus percutant l’ensemble. Les structures se suivent mais ne se ressemblent pas, allant du quasi-chaotique (« Live in a box ») au simple et direct (« A hundred years »), en passant par la construction progressive (« Time to go ») et la destruction méthodique (« Rolling thunder »).

Au fur et à mesure des écoutes, on discerne une vaste construction instrumentale. La première couche, celle de la rythmique, est technique sans être prétentieuse. S’y imbriquent des riffs agressifs, flirtant constamment avec la dissonance. Vient ensuite la voix… ou plutôt les voix, car la saturation hardcore alterne avec le chant mélodique, le plus souvent harmonisé deux, trois, voire quatre fois.

L’ensemble est complété par quelques solos incisifs, et par l’harmonica Blues. Très inhabituel dans le métal, il apparaît ici comme une évidence, contribuant à rendre unique la musique de Red Mourning. Dernière petite touche : un piano honky-tonk fait une brêve apparition sur « Child of the storm », rappelant une fois de plus que le groupe plonge ses racines dans le Blues.

Après une signature par le label Bad Reputation, la sortie de l’album est prévue pour mars/avril 2008.

 

 

Application

 

Application

 

Application

 

Application

Infos

  • site web : www.redmourning
  • Contact promo : Éric Coubard (badreputationfrance@free.fr)
  • Contact scène : www.base-productions.com

 

Albums


Affichage par page
Trier par

RED MOURNING - WHERE STONE AND WATER MEET

12,99 €

RED MOURNING - PREGNANT WITH PROMISE

12,99 €

RED MOURNING - TIME TO GO

12,99 €