WARNING

WARNING

WARNING sort quasiment jour pour jour, un an après leur premier opus, ce deuxième album tout de rouge vêtu. Sur fond couleur sang, le gallinacé de métal qui illustre la pochette, sorte de robocop des basses-cours aux ergots aiguisés et protubérants aurait pu faire la peau aux premiers scorpions passés par là… Pas étonnant avec Dieter DERKS aux commandes. Le groupe pousse un peu plus loin la formule du précédent album . Avec des titres tels que ROCK CITY, COMMANDO et SERIE NOIRE, la première partie du disque est presque entièrement dédiée à un Heavy Metal pur et dur.

Raphaël GARRIDO pioche dans les poncifs de notre genre favori (Sexe, drogue, satanisme, loubardisme et rock n’roll…) pour imaginer de petits scénarii aussi subtils que mystérieux. Raphaël aurait pu écrire pour la SERIE NOIRE, la vraie ! Parce que WARNING y affirme sa puissance de feu (l’arrivée d’une nouvelle section rythmique prise en main par Gerald MANCEAU et Michel AYME y est sans doute également pour quelque chose), la face A de ce deuxième disque peut paraître un peu moins audacieuse que l’album précédent mais le groupe défriche néanmoins de nouveaux territoires.

FIRE FIRE annonce en effet, les prémices d’un speed métal alors encore très underground. Le chorus de guitare de ce titre reste sans doute l’un des plus beaux que nous ait offert Christophe AUBERT. SPEED MOI assure la transition avec une face B plus rock n’roll mais également plus aventureuse. Le fabuleux BAHAMAS MEMORIAL sorte de Heavy rock teinté Blues le tout métallisé façon WARNING (dont la merveilleuse intro flirte avec le swing boogie de Billy GIBBONS !), à une teinte californienne jusqu’alors inédite au sein du répertoire du groupe. Les compositions plus hard que Metal que sont STRANGE WAY OF LOVE, SEXY LUBIE débordent de trouvailles plus surprenantes les unes que les autres. L’album II atteint son paroxysme avec PLANET REVERSE et sa cascade de riffs ensoleillés et ses paroles paradoxalement impénétrables. Le groupe emprunte même le vocoder, ou un synthétiseur du même acabit du Neil YOUNG période TRANSE…

Application

 

Application

                                                                               


Affichage par page
Trier par